Le libriosaure, votre conseiller lecture. Blog littéraire éclectique.

Je ne suis pas adepte de tsundoku


Il y a plus d’un an maintenant, devant l’ampleur de ma pile à lire, que je jugeais déraisonnable, j’ai pris une grande décision : je n’achèterais plus de livres jusqu’à ce que ma pile à lire soit entièrement vidée. Evidemment, quand j’évoque la fameuse pile à lire, je parle de la pile physique, réelle, matérielle ; cette pile de livres achetés soit car ils m’ont été conseillés, soit par irrépressible pulsion chez le libraire ou le bouquiniste.

C’est ainsi que le samedi 20 février 2021, il n’y avait plus de livres dans ma pile. Et c’est ainsi que le dimanche 21 février 2021, après une nuit de lecture agréable, je n’eus plus de livres à lire.

Voici pourquoi j’ai vidé ma pile à lire.

Je ne suis pas adepte du tsundoku

Tout d’abord, je ne suis pas adepte du tsundoku qui reflète, pour moi, une manière de consommer qui ne me correspond plus. Blague mignonne et innocente entre lecteurs et lectrices, le tsundoku finit par évoquer l’idée que ce ne sera jamais grave d’acheter, de posséder trop de livres car ce sont… des livres.

Or, je ne sacralise pas le livre et ne souhaite pas le faire.

Le livre est un objet, qui coûte de l’argent et de la place, et si ça ne me viendrait pas à l’idée d’acheter des dizaines de vêtements que je ne porterai pas avant des années, alors il ne me paraît pas naturel d’acheter des livres qui prennent la poussière parce que mes caprices de lecture ne me mènent pas vers eux. Beaucoup diront « mais les livres, ce ne sont pas des vêtements ! Les livres, c’est enrichissant ! », et tout en ignorant le caractère élitiste de cette remarque, je dirais qu’il n’y a pas de livres fermés qui soient enrichissants.

Le bonheur est souvent sous nos yeux

En débutant cette folle expérience, je m’interrogeais sur la valeur des livres que j’avais acquis. Parfois, je me demandais sincèrement si certains n’étaient pas d’énormes intrus, que j’avais achetés par compulsion. Je me demandais même si je les lirai un jour ; et ce fut un réel problème…

Certains livres attendaient leur tour depuis si longtemps, que je ne voulais plus les lire car j’avais grandi, mûri, évolué.

J’avais d’autres attentes, davantage d’exigences, l’auteur me plaisait moins… Et ce fut une réalité. Des œuvres n’avaient plus leur place chez moi. Fort heureusement, en me forçant, en faisant preuve de discipline, j’ai pu constater que ma pile à lire était une mine d’or et comprenait des chefs d’œuvre que je n’aurais pas dû bouder au profit de quelques compulsions récentes. Si j’avais fait moins d’achats frivoles, j’aurais pu les apprécier plus tôt.

Ma bibliothèque n’est pas une vitrine de trophées

Beaucoup se demanderont comment est-il possible d’accepter de n’avoir aucun livre à lire, une fois que la pile à lire est entièrement vidée. Si pour certains c’est une vision cauchemardesque, pour moi, c’est une manière de redonner à ma bibliothèque sa fonction principale.

Ma bibliothèque est la gardienne des livres que je voudrais relire.

Alors, si je n’ai plus de livres en attente aujourd’hui, j’ai ma jolie gardienne et une sélection que j’ai déjà approuvée il y a longtemps. J’ai également Internet, une liseuse et une passion pour les classiques : par conséquent, si je rêve de nouveauté, il me suffit de découvrir ces beautés tombées dans le domaine public, disponibles en un clic… en attendant mon prochain tour dans une librairie qui exhale les exquis parfums du papier.

FacebookTwitterPinterestTumblrBlogger Post


16 échanges
Livre rangé le 21 février 2021 dans les bibliothèques : Bilan de lectures, Conseils littéraires, Pensées


16 échanges



En rangeant ma chambre chez mes parents, j’ai regardé tous ces livres que je garde depuis des années. Je pense qu’ils me rappellent de jolis souvenirs. J’en ai gardé beaucoup, vraiment beaucoup et donné ou jeté quelques uns. Dans le lot il y en a 2 que je n’ai jamais lus. Je les garde pour les prochaines vacances que je passerai chez eux. 🙂

Mathylde
21 février 2021 - 17 h 47 min



Mathylde, tu as bien raison !

Libriosaure
21 février 2021 - 18 h 55 min



Je n’ai jamais eu de PAL, pas plus d’une dizaine livres… En tout cas bravo à toi.

Goran
21 février 2021 - 17 h 59 min



Merci Goran ! Tu es bien raisonnable, j’espère que je serai comme toi un jour 😁

Libriosaure
21 février 2021 - 18 h 52 min



Un article très intéressant, je me retrouve dans certains mots, des livres qui sont là depuis si longtemps qu’on a grandi.
J’en ai en physique, mais j’ai une pile à lire numérique donc c’est facile d’accumuler (et on ne peut pas vraiment faire du vide, vu que ça ne peut pas se donner, se vendre).

Madame_Love
21 février 2021 - 18 h 41 min



Madame_Love Je comprends totalement, la pile à lire numérique a un peu le même vice que la carte bancaire… 🧐

Libriosaure
21 février 2021 - 18 h 53 min



C’est radical! Mais avec une liseuse il y a du recours quand même, et puis on peut relire. Un billet qui fait réfléchir… Mais chacun a son passé et ses possibilités. D’accord pour nettoyer les livres qui stagnent, mais en garder sous le coude, surtout en période de post ou pré confinement.

keisha
22 février 2021 - 7 h 57 min



Merci Keisha ! En effet, j’aurais largement préféré que ce défi (lancé avant le covid) ne se termine pas dans une période aussi incertaine mais j’aime aller au bout des choses alors… Et puis voilà, la liseuse, la bibliothèque pleine de coups de cœur me suffiront.

Libriosaure
22 février 2021 - 9 h 31 min



Hello,

Un joli défi que vous vous êtes lancé ! Bravo de l’avoir réalisé, je ne pense pas pouvoir réussir ce défi (avec mes 150 livres dans ma pal et mon métier de libraire).
Néanmoins, votre article est inspirant et motivant pour faire baisser ma PAL.

Belle journée à vous,
Mathilde

Mathilde Littéraire
22 février 2021 - 9 h 07 min



Merci beaucoup Mathilde Littéraire. J’ai également une pile à lire de côté pour le travail, moins conséquente car je ne suis pas libraire, mais que je ne considère pas comme faisant partie de ma pile à lire « plaisirs et impulsions ».

Libriosaure
22 février 2021 - 9 h 33 min



c’est un vaste sujet ! Ma PAL, énorme, comporte des livres que je ne lirai jamais, je pense parce que récupérés de je ne sais où, même pas vraiment choisis… Parfois j’essaye de faire un tri dans ma bibliothèque mais c’est difficile et ça reste un endroit très très précieux pour moi.

Violette
23 février 2021 - 14 h 02 min



je te cite :

« Certains livres attendaient leur tour depuis si longtemps, que je ne voulais plus les lire car j’avais grandi, mûri, évolué. »

C’est vrai mais le contraire est vrai aussi ! Combien de livres ont dû attendre que je vieillisse, que je mûrisse pour que leur tour arrive ! Combien de livres abandonnés à 20 ans et qui maintenant sont pour moi un bonheur !
Tu dis :
« je dirais qu’il n’y a pas de livres fermés qui soient enrichissants. »

C’est juste mais on dit aussi « qu’un livre sur une étagère est un livre lu. »
Oui, parce qu’on a fait l’effort de l’amener jusqu’à nous, parce qu’il est à portée de main, et donc on le lira un jour ! Je viens d’en faire l’expérience avec les livres lus pendant le mois de la littérature latino-américaine, Carpentier, Llaso Vargas qui m’attendaient depuis des années…



ClaudiaLucia Merci pour ton retour 🤗 si je suis tout à fait d’accord avec toi pour la première partie « Combien de livres ont dû attendre que je vieillisse, que je mûrisse pour que leur tour arrive », bien que ça ne me soit pas encore arrivé, je ne suis pas d’accord avec l’expression « un livre sur une étagère est un livre lu. » surtout à notre époque de zapping, où je vois des personnes accumuler des centaines de livres pour finalement se lasser, repousser toujours la lecture de certaines œuvres, car, en réalité, sans se l’avouer, cela fait bien longtemps qu’ils n’ont plus envie de les lire… Je pense sincèrement que certains livres sur certaines étagères ne sont jamais et ne seront jamais lus. Je parle, par exemple, de ces romans primés que tout le monde achète ou offre mais qui sont finalement réellement lus par une poignée de gens…

Libriosaure
24 février 2021 - 21 h 15 min



Ta PàL était bien raisonnable ! J’ai des milliers de livres dans mes bibliothèques (sans compter le numérique) et je n’ai pas encore tout lu. Je ne pense pas que les livres soient des trophées mais j’aime avoir des livres depuis l’enfance, j’en ai achetés, j’en ai reçus, je garde mes intégrales et les beaux livres mais j’ai aussi donné beaucoup de livres (et pas seulement avant mes déménagements). Bien sûr les livres, ça prend la poussière, c’est lourd à déménager mais… c’est un monde ! Bonnes lectures de nouveaux livres à toi !

PatiVore
28 février 2021 - 23 h 26 min



Article très intéressant sur un sujet qui l’est tout autant.

Le rapport à la Pile à Lire, mais aussi à l’achat de livres en général et au budget qu’on y consacre crée des avis très polarisés, et la notion de « vitrine de trophées » est très bien vue sur ce point.

On retrouve souvent un côté « besoin de posséder » et de collectionner des ouvrages que l’on ne relira pas.

Me concernant, j’achète quasiment exclusivement du manga, et je vois que chez les lecteurs, il y a une obsession de la mangathèque, en avoir le plus possible, et conserver absolument tous les titres, quand bien même il y en a la grande majorité qui prendront la poussière et ne seront jamais relus.

J’en parlais récemment sur les réseaux avec quelqu’un, expliquant que plus de la moitié de mes lectures étaient des emprunts en médiathèque car ça me permettait de faire des économies ainsi qu’un gain de place chez moi, en expliquant que de toute façon, jamais je n’aurai le temps (ou l’envie) de relire la plupart des titres. Et quelqu’un m’a répondu « oui, mais il y a le plaisir de collectionner ».

J’ai eu ce plaisir pendant longtemps, mais ça m’est un peu passé. Je reconnais que j’aime avoir un certain nombre de titres dans ma bibliothèque, mais c’est parce que j’ai envie de pouvoir les relire quand je le voudrai. Or, ce serait mentir de dire qu’on a envie de tout relire, et au-delà de l’envie, la possibilité.

Même si j’essaie de limiter la collectionnite, je sais que j’ai encore beaucoup d’ouvrages dans ma bibliothèque auxquels je ne toucherai plus. Et j’espère qu’au fil du temps, j’arriverai à me débarrasser de tout le surplus.

Tout ça pour dire que j’ai beaucoup apprécié cet article, qui pointe du doigt quelque chose d’intéressant !



Merci beaucoup pour cet avis développé, L’Apprenti Otaku. Effectivement, je passe sous silence le côté collection… C’est vrai que pour moi, c’est plus utile de collectionner des livres de valeur. Je collectionne quelques rares livres d’anciennes éditions, dénichées chez des bouquinistes, que je lis rarement car je n’ai pas envie de les abîmer. Mais ils ne sont pas dans ma pile à lire et surtout, ce sont des classiques que j’ai déjà lus (de toutes manières, pour les payer ce prix-là, il faut les aimer !) Quant aux mangas, que je consomme occasionnellement, je les lisais dans un Manga café quand c’était possible ou en format numérique, sur ma liseuse, car ça prend vite de la place…

Libriosaure
2 mars 2021 - 18 h 25 min



Votre parole est importante, merci de la partager avec nous




Ce site est hébergé par Archphénix et a été créé sous wordpress par le libriosaure. Le design a été conçu avec les polices d'écriture Library et Cocinitas de Wood Cutter ainsi que Social Circle de Christopher Jackson. Tous les articles présents sur ce site ont été écrits par le libriosaure et ne peuvent être utilisés, entièrement ou partiellement, sans autorisation de l'auteur.