Le libriosaure, votre conseiller lecture. Blog littéraire éclectique.

5 raisons de lire L’archipel du goulag


Photographie du livre "L'archipel du goulag" éditée en version abrégée chez Points.

En 1962, Alexandre Soljenitsyne publie dans une revue littéraire russe nommée Novy Mir, Une journée d’Ivan Denissovitch, premier roman dans lequel est racontée la vie d’un prisonnier du goulag dans les années 1950. Malgré la censure dont elle a fait l’objet, l’œuvre est un véritable succès et l’écrivain reçoit de nombreux témoignages d’anciens détenus du goulag. Alexandre Soljenitsyne, qui avait déjà pour projet d’écrire un essai conséquent sur les conditions de vie dans les camps, est désormais motivé par les centaines de lettres qu’il a reçues.

Pour échapper à la censure, l’auteur de ce livre incontournable choisit de s’éloigner du monde et s’installe provisoirement (durant deux hivers) dans un petit hameau estonien. Il prend également soin de ne pas conserver le texte en entier, au même endroit. Il cache, enterre, photographie des morceaux de son œuvre ou des témoignages qui lui ont été confiés. Il écrit parfois d’une écriture minuscule, quasiment illisible. Travail titanesque qu’il entreprend, non pas pour décrire sa propre expérience du goulag, mais dans le but de faire entendre les voix des rescapés des camps soviétiques et de révéler le scandale.

Extrait de l'édition abrégée de L'archipel du goulag

Non seulement le projet est ambitieux mais il est également périlleux puisqu’il doit être réalisé dans une clandestinité précieuse. Le KGB parvient pourtant à s’emparer d’une partie des manuscrits (heureusement, fragmentés et protégés par des amis de Soljenitsyne), notre auteur est empoisonné (il est malade pendant plusieurs mois), et lorsque l’œuvre est enfin éditée et diffusée en 1973, il est condamné à l’exil pendant vingt ans.

Voilà ce qu’est L’archipel du goulag : l’une des plus grandes œuvres de résistance qui ait été écrite. Et elle n’a pas vieilli.

Elle doit encore être lue et voici cinq bonnes raisons de lire, enfin, L’archipel du goulag.

1. La plume de Soljenitsyne est accessible

Nombreux sont ceux qui pensent qu’un livre aussi épais, aussi dense que L’archipel du goulag est un livre probablement compliqué voire ennuyeux. Or, le style d’écriture de Soljenitsyne est fluide, largement accessible, dénué d’ornements inutiles. Il n’est pas plus difficile de lire Soljenitstyne que lire un article de presse et cela fait sens, puisque l’on sait que l’entreprise de l’auteur était d’archiver, de dénoncer, de présenter des témoignages, comme une enquête journalistique d’une grande ampleur.

2. C’est un témoignage historique incontournable

Même si Soljenitsyne a eu ses détracteurs, notamment en France, lorsqu’il a subi une campagne de décrédibilisation assez forte de la part d’occidentaux qui voulaient apaiser les relations avec la Russie, L’archipel du goulag demeure une forme d’archive historique incontournable à ce jour. Créée à partir de plus de deux cents ans témoignages de victimes, l’œuvre de Soljenitsyne vous emportera dans la réalité du système soviétique à cette époque, de l’arrestation arbitraire jusqu’aux séjours insupportables dans le goulag. Cependant, vous devriez choisir une édition abrégée si vous ne souhaitez pas lire tous les témoignages recueillis par notre auteur ; la version chez Points est très bien faite car les passages qui ne sont pas inclus dans le livre ont été résumés.

Extrait de L'archipel du goulag

3. Le ton sarcastique de Soljenitsyne est unique en son genre

Certes, nous en revenons au style : Alexandre Soljenitsyne propose un long récit dans une écriture juste et fluide mais également mordante, amère, cynique. Si son objectif était de révéler au monde la réalité du goulag, il n’a jamais promis d’être impartial — comment pourrait-il l’être ? Et le ton de Soljenitsyne, entre ironie et raillerie, vous permettra de plonger dans l’enfer des camps sans subir la solennité d’un style froid ou pompeux. Bien au contraire, l’auteur parvient étrangement à mettre son lecteur à l’aise dans un univers profondément malsain, grâce à son humour.

4. Les tréfonds de l’âme humaine sont à portée de mots

L’archipel du goulag dresse un portrait de l’Humanité peu reluisant et vous allez vous y attendre ; personne n’ouvre un essai sur le goulag pour y lire des réjouissances sur la bonté humaine. Pourtant, Soljenitsyne vous présentera un grand nombre de personnages — tous réels évidemment — qui pourront vous étonner. Parfois, les bourreaux ne sont pas ceux que l’on croit. Parfois, la bonté surgit dans un désert d’humanité. Parfois, le pire intervient quand on pensait déjà toucher le fond. Et vous, qui auriez-vous été dans ce cercle infernal ?

Page de l'Archipel du goulag : partie 3 : l'extermination par le travail

5. C’est un ouvrage philosophique moderne

Enfin, L’archipel du goulag n’est pas seulement un recueil de récits morbides dénonçant un système que nous savons tous, aujourd’hui, être défaillant et cruel. Alexandre Soljenitsyne vous fera part de ses incompréhensions, de ses doutes, des enseignements qu’il a tirés de cette expérience épouvantable et il vous incitera à vous interroger sur votre propre vécu d’homme moderne. Oui, même vous, créatures aux fragiles mains qui n’ont jamais œuvré dans les camps, vous pourriez vous reconnaître dans de nombreux thèmes universels qu’aborde Soljenistyne comme l’inertie de groupe, l’incapacité à se révolter et à savoir quand le faire, l’aliénation face au travail, le rapport entre victime et bourreau…

Livre refermé : L'archipel du goulag par Alexandre Soljenitsyne

Pendant la lecture

Maintenant que vous êtes convaincu·e·s qu’il faut lire L’archipel du goulag, vous devriez préparer des litres de thé et des provisions. Il vous faudra des thés noirs aux arômes fruités, gourmands et des gâteaux moelleux et réconfortants, comme des madeleines ou des muffins.

Informations sur le livre

Titre et auteur L’Archipel du goulag, Alexandre Soljenitsyne
Thèmes abordés histoire, Russie, régime soviétique, camps, goulag, totalitarisme
Édition Folio
Format et pages 912 pages, à lire chez soi (avec du thé)
Âge Apprécié à partir de 18 ans
Prix 14,50€
Avertissement violence, torture, maladies, viol, etc.
Où l’acheter Dans une librairie près de chez vous, en cliquant ici.

Suggestions de lecture

Pour en savoir plus sur Alexandre Soljenitsyne et son œuvre, n’hésitez pas à consulter ce documentaire sur Franceculture ainsi que cet article sur Franceinfo.

Une autre oeuvre, beaucoup plus controversée et moins journalistique, sur des évadés du goulag par Slawomir Rawicz pourrait vous intéresser.

FacebookTwitterPinterestTumblrBlogger Post


5 échanges
Livre rangé le 1 janvier 2021 dans les bibliothèques : classique, De 10 à 15 euros, Dès 18 ans, Esclavage, Grands formats, Guerre, Histoire, Points, Russie, Témoignages


5 échanges



Très beau billet qui donne très envie de (re)lire cet auteur. Je te souhaite une très bonne année 2021 riche en belles lectures et découvertes !

PatiVore
1 janvier 2021 - 19 h 38 min



Merci beaucoup PatiVore !
De belles lectures également pour cette nouvelle année ✨

Libriosaure
1 janvier 2021 - 23 h 42 min



Très intéressant, merci. Et bravo pour la reprise du blog…

Goran
2 janvier 2021 - 8 h 08 min



Merci beaucoup ! J’espère m’y tenir réellement cette fois-ci. Je t’admire d’avoir toujours été si régulier !

Libriosaure
2 janvier 2021 - 12 h 37 min



Bonjour,

Voici une belle argumentation qui fait honneur à ce livre essentiel… il est notamment important, en effet, de souligner l’accessibilité de ce texte qui peut effrayer !

A bientôt.

Ingannmic
8 janvier 2021 - 16 h 48 min



Votre parole est importante, merci de la partager avec nous




Ce site est hébergé par Archphénix et a été créé sous wordpress par le libriosaure. Le design a été conçu avec les polices d'écriture Library et Cocinitas de Wood Cutter ainsi que Social Circle de Christopher Jackson. Tous les articles présents sur ce site ont été écrits par le libriosaure et ne peuvent être utilisés, entièrement ou partiellement, sans autorisation de l'auteur.