Le libriosaure, votre conseiller lecture. Blog littéraire éclectique.

Faut-il lire… Les liaisons dangereuses de Laclos ?


liaisons-dangereuses-laclos

Les liaisons dangereuses est un roman mythique écrit en 1782 par Choderlos de Laclos. Dans ce livre, qui a inspiré de nombreuses adaptations au théâtre et au cinéma, nous découvrons à travers une correspondance très étoffée les portraits fascinants de la Marquise de Merteuil et du Vicomte de Valmont, deux libertins aux multiples conquêtes. Dans les premières lettres échangées, nous apprenons que la Marquise a demandé au Vicomte de dévergonder Cécile de Volanges, la future jeune épouse de son ancien amant, pour le déshonorer. Mais Valmont le séducteur refuse cette requête ; une jeune femme à peine sortie du couvent est une proie trop facile pour lui et il s’est lancé un autre défi, celui de séduire l’austère et pieuse Présidente de Tourvel, mariée et très fidèle.

L’avis du Libriosaure

Des lettres envoûtantes au parfum empoisonné  

Les liaisons dangereuses de Laclos est une œuvre magistrale avant tout grâce à son style d’écriture époustouflant, unique, qui peut cependant en déconcerter plus d’un. Constitué essentiellement de lettres, le roman se fonde sur une multiplicité des voix narratives, que l’on pourrait identifier les yeux fermés. En effet, chaque personnage possède son propre style d’écriture, plus ou moins délicat ou maladroit, que le lecteur finit par reconnaître. Petit à petit, imprégné par la psychologie des personnages, vous pourrez deviner en observant les caractéristiques principales de la lettre qui est son émetteur. Bien loin de rendre le récit trop lourd, la lettre permet une immersion totale dans l’univers des personnages, nous faisant comprendre davantage leurs craintes et leurs ambitions, « la fleur de leur esprit », comme l’écrivait Madame de Sévigné dans l’une de ses correspondances  « Je vous donne avec plaisir, le dessus de tous les paniers, c’est-à-dire la fleur de mon esprit, de ma tête, de mes yeux, de ma plume » *. En ouvrant Les liaisons dangereuses, vous serez plongé dans le monde impalpable, secret, des correspondances du XVIIIe siècle, où de charmantes créatures grattent à la plume d’oie leurs plus honteux secrets, à la lueur d’une bougie. Il faut lire Les liaisons dangereuses si vous voulez découvrir une écriture multiple, envoûtante et que vous avez la patience de vous adapter à la multiplicité des styles qui se côtoient dans l’œuvre.

liaisons-dangereuses-laclos-citations

Une plume sensuelle et dénonciatrice   

En lisant les lignes charmantes et empoisonnées des lettres libertines des Liaisons dangereuses, vous vous promènerez dans l’univers chic et sensuel des corsets, des robes à panier, des tailles étouffées ; vous sentirez encore les parfums de la meringue et de l’armagnac, vous entrerez dans les scandaleuses familles aristocratiques du siècle des Lumières. Aventures sensuelles mais aussi senteurs renfermées du couvent, des contraintes sociales, des mensonges et des non-dits. Toutefois, si la plume est sensuelle, elle est aussi dénonciatrice ; car si aujourd’hui nous appelons « libertinage » une attitude principalement décadente, le terme désigne « un homme qui ne s’assujettit ni aux croyances ni aux pratiques de la religion » **. Au XVIIème siècle, le libertin cherche à se libérer de la superstition, de la doxa, des croyances et c’est en cela que Les liaisons dangereuses est un roman libertin : il incite à réfléchir sur la condition et l’éducation des femmes. Le roman montre les dangers d’une vie guidée uniquement par la religion et non par le bon sens, en développant une réflexion sur les extrémismes et l’ignorance. Il faut lire Les liaisons dangereuses si vous souhaitez voir deux sortes de libertinage sous vos yeux : le libertinage conscient des lumières et le libertinage décadent prôné par les deux roués que sont la Marquise et le Vicomte. De plus, Les liaisons dangereuses est également un ouvrage féministe, capable de pointer du doigt les déviances que crée l’aliénation des femmes.

liaisons-dangereuses-laclos-extrait

Une œuvre tragique et diabolique   

Enfin, Les liaisons dangereuses est une œuvre tragique dans laquelle vous serez délicieusement complice du mal ; en ayant sous vos yeux les correspondances les plus compromettantes, vous saurez deviner la chute, tout en appréciant le génie sordide des personnages les plus mauvais. Certes, vous serez scandalisé… Mais vous serez aussi amusé des mauvais tours qui seront joués à chacun. Le destin des personnages semble scellé dès les premières lettres et pourtant, grâce à cette finesse qui caractérise le style de Laclos, vous serez curieux de voir comment évoluent les personnages. Dans Les liaisons dangereuses, le lecteur se fait spectateur diabolique. Il n’y a pas de manichéisme dans ce roman — et c’est d’ailleurs ce qui en a fait une œuvre polémique — ce qui permet de ressentir de la compassion pour les plus tendres et les plus odieuses créatures de cet univers empoisonné qu’est celui des Liaisons dangereuses. Il faut lire Les liaisons dangereuses si vous souhaitez prendre part à une tragédie malsaine, dans l’ambiance lumineuse du XVIIIe siècle.

liaisons-dangereuses-laclos-livre

A qui le conseiller

Si vous aimez les belles écritures pleines de charme, et que vous ne craignez pas les longues phrases ornées, vous devriez apprécier le style des Liaisons dangereuses. Si vous êtes facilement inspiré par le siècle des Lumières, les femmes en corset et les jeux de colin-maillard dans les parcs ombragés, vous devriez apprécier votre immersion dans cet univers. Enfin, si vous vous intéressez aux romans épistolaires, celui-ci est un incontournable nettement plus passionnant que les austères Lettres persanes de Montesquieu.

A qui le déconseiller

Si vous renoncez facilement aux classiques dont l’écriture est ornée, vous devez vous préparer à découvrir un style qui ne se fait plus aujourd’hui. Si vous avez besoin d’une histoire aux intrigues surprenantes, fondées sur des dialogues et des rebondissements, vous pourriez être déçu parce que ce n’est pas cela qui caractérises Les liaisons dangereuses. Enfin, si vous n’avez pas la patience de lire les lamentations des personnages, vous pourriez être vraiment agacé par certaines lettres, qui frôlent déjà, au XVIIIe siècle, le romantisme sombre du XIXe.

Pendant la lecture

Vous dégusterez pendant votre lecture un thé aux quatre fruits rouges en dégustant de petites meringues blanches.

Informations sur le livre

Titre et auteur Les liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos
Thèmes abordés Libertinage, femmes, éducation, érotisme, religion
Édition Archipoche
Format et pages 576 pages, petit format, beau livre
Âge Apprécié à partir de 14 ans
Prix 14€
Avertissement Viol, violences, dépression
Où l’acheter Chez Amazon ou chez votre libraire préféré.

Et, en petit bonus, un petit test de personnalité sur l’un de mes livres préférés…

Lecteur, quel personnage des Liaisons dangereuses êtes-vous ?

liaisons-dangereuses

  1. Vous avez prêté un livre à quelqu’un mais, depuis un bon moment, vous n’en avez plus aucune nouvelle…
    1. Vous attendez de rencontrer la personne en question pour lui demander gentiment mais fermement si elle a enfin commencé à le lire.
    2. Vous laissez un temps supplémentaire à cette personne en espérant qu’elle fera le premier pas elle-même et, en attendant que chose soit faite, vous allez y penser et ressasser la question.
    3. Vous réclamez votre livre dès que vous voyez la personne, parce que votre petit doigt vous dit que vous en avez bien plus besoin qu’elle…
    4. Vous ferez de lourds sous-entendus dès que vous croiserez la personne en question et si elle ne s’exprime pas sur le sujet, elle peut dire adieu à votre bibliothèque. D’ailleurs, vous avez bien envie de lui « emprunter » quelque chose à votre tour…
    5. Vous avez tellement de livres que, franchement, vous n’êtes pas sûr de l’avoir prêté ou perdu dans les tréfonds de votre bibliothèque ; vous ne creuserez pas la question.
  1. Vous avez laissé un invité près de votre bibliothèque et vous vous apercevez que celui-ci est en train de choisir un des livres les plus polissons de votre collection…
    1. Le plus naturellement du monde, vous détournez l’attention de votre invité en lui proposant un autre livre, qui saura mieux lui convenir.
    2. Vous vous précipitez sans ménagement, en renversant quelques objets au passage, pour le lui retirer des mains tandis que le rouge vous monte aux joues.
    3. Vous prévenez votre invité poliment que ce livre est d’une collection un peu particulière mais vous ne l’empêchez pas de le regarder ; vous choisissez d’assumer par principe mais vous priez très fort pour qu’il ne l’ouvre pas…
    4. Vous regardez attentivement et discrètement votre invité, en retenant votre souffle, car vous avez hâte de voir sa tête lorsqu’il aura compris de quoi il s’agit. Après tout, il faut bien que les gens s’éduquent !
    5. Vous attendez que votre invité ait ouvert le livre pour lui proposer, avec nonchalance, un autre ouvrage du même genre.
  1. Une connaissance vous prête un livre et, dedans, vous y trouvez un mot doux qui lui est adressé…
    1. Vous lisez le mot et le placez de manière à ce que votre ami tombe dessus assez vite, tout en vous promettant de lui rendre le livre rapidement. Vous en profiterez pour conseiller à votre ami de relire le livre qu’il vous a prêté…
    2. Vous lisez le mot cinquante fois en vous disant que ça vous aurait bien plu de recevoir une telle déclaration. D’ailleurs, la prochaine fois que vous serez en amour, vous glisserez un petit mot dans un livre parce que l’idée est décidément trop plaisante.
    3. Votre premier réflexe : espérer que ce mot ne soit pas pour vous. Deuxième réflexe : corriger les fautes d’orthographe.
    4. Vous regardez qui est l’émetteur du mot doux et s’il ne vous semble pas convenir à votre ami, vous retirerez son petit mot. S’il vous semble une bonne personne, vous mettrez le mot en première page afin de faciliter le destin.
    5. Vous vous amusez à rajouter quelques lignes au petit mot pour pimenter la déclaration d’amour. De toutes manières, il ne sera peut-être jamais lu…
  1. Un ami vous explique qu’il a acheté un livre parce que la couverture était sublime…
    1. Vous pensez que c’est une raison comme une autre de choisir un livre mais que vous-même auriez pris la peine de lire le résumé par précaution.
    2. Vous trouvez que la couverture est vraiment jolie et vous essayez de vous souvenir de vos plus beaux livres, pour les comparer.
    3. Vous trouvez ça futile et dites à votre ami qu’une simple illustration ne devrait pas guider son choix.
    4. Vous trouvez que choisir un livre en fonction de sa couverture est vraiment niais mais vous ne dites rien, vous avez hâte d’avoir vent de sa déception…
    5. Vous faites semblant de choisir vos livres de la même manière et lui montrez la plus horrible couverture que vous ayez dans votre bibliothèque.
  1. Vous avez laissé votre pile à lire prendre des proportions douteuses…
    1. Vous allez faire le tri : vous classez vos livres selon vos priorités et choisissez d’en prêter ou d’en donner quelques autres.
    2. Il n’y a pas de proportions douteuses pour une pile à lire : tous les livres seront lus, vous y croyez fermement et vous avez même hâte d’en rajouter.
    3. Par principe, vous n’avez pas de pile à lire, vous avez un carnet avec des listes et vous achetez ou empruntez quand vous en avez besoin uniquement.
    4. C’est un nouveau défi pour vous : vous décidez de réduire cette pile à lire en accélérant votre rythme de lecture. Vous vous fixez des objectifs précis.
    5. Ça ne vous gêne pas, vous adorez collectionner et continuerez d’ajouter de beaux livres à cette haute pile.
  1. Dans les transports, vous surprenez quelqu’un en train de surligner avec du rose fluo le passage d’un livre…
    1. Cela vous choque mais vous vous dites que c’est un étudiant qui prend des notes.
    2. Vous essayez de regarder ce qu’il est en train de surligner par curiosité mais vous trouvez ça honteux d’abîmer le livre.
    3. Vous n’en avez strictement rien à faire et replongez le nez dans votre propre livre.
    4. Vous lisez par-dessus son épaule et trouvez son choix de citation stupide. D’ailleurs, la ligne 32 aurait dû être surlignée car elle est beaucoup plus intéressante…
    5. Votre propre livre est annoté, surligné et des pages sont cornées. S’il n’y a pas une tache de café dessus, c’est déjà bien.
  1. Vous êtes plongé dans un roman génial mais votre moitié vous rappelle qu’il est tard et que vous vous levez très tôt…
    1. Vous rencontrez des difficultés à rester raisonnable mais vous demandez à votre moitié de vous alerter quand 15 minutes seront passées afin de vous obliger à dormir.
    2. Vous éteignez la lumière pour faire preuve de sérieux, mais vous savez que, sitôt votre moitié endormie, vous allez finir votre roman avec une lampe de poche ou le rétroéclairage de votre liseuse.
    3. Vous ne supportez pas de manquer de sommeil mais vous n’arrivez pas à arrêter de lire, tout en étant tourmenté durant votre lecture car vous devriez arrêter. Bref, vous vous torturez.
    4. Vous continuez votre lecture sans culpabiliser et on vous reprochera votre sale humeur demain matin. Tant pis, votre lecture d’abord, vous puiserez dans votre livre une citation bien sentie pour calmer les esprits belliqueux.
    5. Vous dites à votre moitié que merci, mais vous maîtrisez parfaitement la situation… mais vous ne maîtrisez rien du tout et vous serez épuisé et exécrable le lendemain.
  1. Vous avez le choix entre lire une œuvre qui a été primée et un roman sans prétention mais qui semble très divertissant…
    1. Vous lisez d’abord l’œuvre primée, pour votre culture, puis vous lirez l’autre, en guise de récompense.
    2. Vous hésitez longtemps entre les deux puis vous jetez votre dévolu sur un tout nouveau livre, que l’on vient de vous conseiller et qui attise votre curiosité. Les autres attendront.
    3. Vous commencez par lire l’œuvre primée puis, au milieu, vous arrêtez tout et vous jetez sur le roman divertissant, en culpabilisant un peu…
    4. Vous choisissez de lire l’œuvre primée et ignorez l’autre : vous avez besoin qu’une lecture soit enrichissante, qu’elle vous serve d’appui, qu’elle nourrisse votre culture littéraire.
    5. Vous lirez les deux en même temps. Le roman divertissant vous permettra de faire quelques pauses.
  1. Une personne venue séjourner chez vous, vous avoue qu’elle déteste lire…
    1. Vous ne la jugez pas mais essayez de lui proposer des livres qui pourraient l’intéresser.
    2. Vous êtes assez choqué et avez du mal à le cacher. Vous posez des questions pour essayer de comprendre l’autre mais sentez bien que vous insistez un peu trop…
    3. Vous ne cachez pas que cela vous choque et tentez de rassurer l’autre en lui expliquant qu’il n’a simplement pas trouvé les bons livres. Vous allez essayer de l’aider.
    4. Vous faites mine de respecter son choix mais vous vous lancez intérieurement le défi d’intéresser cette personne à la lecture ; vous lui montrerez l’exemple et attiserez sa curiosité.
    5. Vous demandez à cette personne quels sont ses divertissements, cela ne vous choque pas mais vous laisserez quand même un livre sur sa table de chevet…
  1. Vous attendez un livre dans votre boîte aux lettres. Le jour J, ce n’est pas le bon livre qui est arrivé mais il a l’air fichtrement intéressant…
    1. Vous laissez une chance au livre mais préviendrez votre fournisseur qu’il y a eu une erreur.
    2. Vous commencez par râler par principe puis vous jetez un œil au livre reçu, feuilletez, lisez une page, deux pages, trois pages…
    3. Vous ne savez pas si c’est vraiment raisonnable de le lire alors que vous aviez prévu une autre lecture. Vous allez y penser toute la journée.
    4. Vous lisez le livre le plus rapidement possible puis vous vous plaindrez de ne pas avoir reçu le bon et le renverrez : deux fois plus de lecture !
    5. Ce n’est pas un problème, vous le lirez puis commanderez l’autre de nouveau.
  1. La citation que vous préférez…
    1. « La force que vous n’avez pas aujourd’hui, espérez que vous la recevrez demain »
    2. « Je n’ai de consolation que dans l’amitié »
    3. « J’aime mieux croire que des erreurs, pour être longues, ne sont pas éternelles. »
    4. « Il ne faut se permettre d’excès qu’avec les gens qu’on veut quitter bientôt »
    5. « ce que nous appelons bonheur est à peine un plaisir »

Avec une majorité de A, vous êtes…

Découvrir votre personnage

Madame de Rosemonde.

Vous êtes une personne extrêmement discrète mais d’une grande sagesse. Même si l’on vous voit peu, vous êtes indispensable : on adore vous solliciter pour obtenir des conseils mais c’est très rare que l’on vous écoute, hélas. Vous vivez sobrement et tentez toujours de vous conformer à vos valeurs morales mais vous ne jugez pas les autres. Avant tout, vous souhaitez que les autres soient capables de vivre entre eux sans se juger, sans se faire souffrir, sans s’entretuer.

[collapse]

Avec une majorité de B, vous êtes…

Découvrir votre personnage

Mademoiselle Cécile de Volanges.

Vous êtes une personne douce, gentille, que des mauvaises langues qualifieraient de naïve. Vous êtes loin d’être bête mais vous êtes trop pur : souvent, on vous reproche de ne pas voir le vice chez les autres et vous, vous reprochez aux autres de voir le mal partout. Vous êtes curieux, avide de connaissances de toutes sortes et avez des qualités inexploitées. Avant tout, vous souhaitez que les autres s’enrichissent mutuellement.

[collapse]

Avec une majorité de C, vous êtes…

Découvrir votre personnage

Madame la Présidente de Tourvel.

Vous êtes une personne engagée, avez des convictions qui vous sont chères et tentez de faire en sorte que ces convictions guident vos pas dans la vie et n’aimez pas que l’on vous en détourne. Vous êtes davantage attaché à vos principes qu’à l’image que vous renvoyez : vous n’avez que faire du regard des autres et c’est une attitude que l’on prend parfois, à tort, pour de la sévérité ou du dédain. Avant tout, vous souhaitez vivre en harmonie avec vos valeurs, tout en aidant autrui.

[collapse]

Avec une majorité de D, vous êtes…

Découvrir votre personnage

La marquise de Merteuil.

Vous êtes une personne libre, engagée et convaincue. Votre émancipation et votre liberté vous sont très chères et vous ne concevez pas qu’un obstacle se mette sur votre chemin ; vous avez cependant appris à aimer les défis. Vous êtes prêt à tout pour réussir ce que vous entreprenez : être manipulateur ou violent ne vous effraie pas, si c’est pour une cause qui vous semble juste. Avant tout, vous souhaitez que les minorités opprimées fassent entendre leur voix, quel que soit le moyen employé.

[collapse]

Avec une majorité de E, vous êtes…

Découvrir votre personnage

Le vicomte de Valmont.

Vous êtes une personne libre et indépendante, et aimeriez que tout le monde soit comme vous. Vous apparaissez parfois aux yeux du monde comme un être cynique mais l’une de vos principales qualités est l’empathie puisque vous avez une grande capacité à comprendre le cœur de l’autre, à cerner les individus aisément… Cependant, vous oubliez parfois de lire dans votre propre cœur. Avant tout, malgré votre cynisme intrinsèque, vous souhaitez que les autres soient capables de vivre libres, sans être endoctrinés ni par la religion ni par des extrémismes de toutes sortes.

[collapse]

Alors, cher lecteur, êtes-vous un personnage pur ou un roué ?

Suggestions de lecture

Si vous vous intéressez aux classiques, peut-être pourriez-vous apprécier « Faut-il lire… Les frères Karamazov ? »

lire-freres-karamazov-dostoievski

Plus modernes que les Liaisons dangereuses, découvrez les correspondances de deux chinoises du XIXe siècle.

lire-fleur-neige-lisa-see

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrBlogger Post




7 échanges



Vouiiiii !! Je suis la marquise de Merteuil <3

Merci pour cet article, j'attendais ton test avec impatience!

Coralie
27 février 2017 - 18 h 00 min



Ahaha ça, ça veut dire que mon test est bien fait si tu es tombée sur la Marquise :p

Libriosaure
27 février 2017 - 20 h 04 min



Je suis Le vicomte de Valmont !! et j’aime ça ! ☺

solange cognacq
27 février 2017 - 20 h 22 min



Et bien moi je suis Mademoiselle Cécile de Volange.Je ne savais pas que j’étais une demoiselle 🙂

Goran
1 mars 2017 - 17 h 17 min



Une demoiselle je ne sais pas, mais la gentillesse incarnée, ça oui !

Libriosaure
1 mars 2017 - 20 h 45 min



Voilà un article qui me donne enfin envie de lire ce livre ! Merci !
Pour rester dans la littérature sulfureuse, j’aimerais beaucoup un jour lire ton avis sur un de mes romans préférés, La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch. Il paraîtrait que c’est un auteur sous-estimé, curieuse donc de savoir ce que tu en penses, à l’occasion 🙂

Milady
4 mars 2017 - 10 h 52 min



Je l’ai ajouté à ma wishlist 😉

Libriosaure
4 mars 2017 - 20 h 02 min



Votre parole est importante, merci de la partager avec nous




Ce site est hébergé par Jules Archinova EIRL et a été créé sous wordpress par le libriosaure. Le design a été conçu avec les polices d'écriture Library et Cocinitas de Wood Cutter ainsi que Social Circle de Christopher Jackson. Tous les articles présents sur ce site ont été écrits par le libriosaure et ne peuvent être utilisés, entièrement ou partiellement, sans autorisation de l'auteur.