Le libriosaure, votre conseiller lecture. Blog littéraire éclectique.

Fatima ou les algériennes au square de Leïla Sebbar


fatima-algeriennes-square-leila-sebbar

Fatima ou les algériennes au square est un roman écrit en 1981 par l’auteure franco-algérienne Leïla Sebbar. Dans ce livre, vous ferez la connaissance de Dalila, battue par son père, et de Fatima, sa mère aimante mais obéissante. Petite, Dalila se colle contre les hanches de sa mère lorsqu’elles sont au square afin d’écouter les histoires que se racontent les mamans algériennes : les histoires de la banlieue parisienne, de la Courneuve, de l’imposante cité des 4000.

L’avis du Libriosaure

Une immersion dans la banlieue parisienne des années 1980

En ouvrant Fatima ou les algériennes au square, vous humerez les parfums du couscous, du pain trempé dans le gras du mouton et l’huile de l’olive, vous inhalerez les odeurs sucrées du miel et des dattes. Mais vous sentirez également le plastique, le caoutchouc et les textiles bon marché qui imprègnent les grands rayons lumineux du Tati le plus proche, vous flairerez les émanations suffocantes du goudron, de la ville, énorme, imposante, aussi grise que l’Algérie est claire, ensoleillée. Comme Dalila, vous serez agrippé timidement mais fermement aux hanches de ces femmes volubiles et touchantes, qui racontent chacune leur histoire et l’histoire des autres. L’histoire d’Ali, d’Aïcha, de Mustapha, de Lila, de Baya, de Mouloud ; ces autres qui forment une communauté d’immigrés cosmopolites, qui se sentent exilés et vivent au milieu de la violence des cités. Des récits sombres, d’enfants battus, d’enfants dans des foyers, d’enfants voleurs, d’enfants perdus qui ne semblent pas avoir de patrie véritable vous seront alors narrés, sans pathos exacerbé « La ceinture sifflait, la boucle l’atteignait au bras, au dos, à la cuisse, elle ne criait pas, ne pleurait pas, elle essayait d’échapper aux coups mais la pièce était petite ».

fatima-algeriennes-square-extrait

Un récit à l’orée du reportage   

Le style de Leïla Sebbar est assez particulier, pudique, presque froid. Avant de vous lancer dans cette lecture, il faut savoir que si de nombreuses virgules ponctuent le texte, il y a peu de points. Ainsi, les phrases sont fluides, compréhensibles mais certaines tournures présentent des anomalies syntaxiques ; anomalies qui évoquent une pensée continue, traduisent une langue naturelle, quasiment orale. Le texte oscille de cette manière entre la poésie et le discours oral, courant, parfois familier. L’écriture de Fatima ou les algériennes au square crée, par son originalité, l’impression d’un documentaire : les faits sont exposés, sans jugement, sans censure, avec fluidité. Comme si vous visitiez, auprès de Fatima et de sa fille, la banlieue parisienne des années 1980. À l’instar d’un reportage, vous ne pourrez savoir que ce que les personnages veulent bien vous dire et vous montrer, ce qui peut être parfois frustrant pour les lecteurs curieux…

fatima-algeriennes-square-leila-sebbar-extrait

Culture, traditions et place des femmes

Le roman de Leïla Sebbar donne la parole aux femmes étrangères et en particulier aux algériennes, qui ont toutes un rapport différent avec leur pays d’origine : certaines rêvent de retourner s’y installer pour fuir les blocs inquiétants des cités tandis que d’autres se refusent à vivre de nouveau sous le joug des traditions algériennes. Le roman vous incitera à réfléchir sur la condition des femmes, notamment des jeunes filles algériennes élevées par des parents qui peinent à s’intégrer et qui tiennent à leur imposer une croyance fidèle en un pays qu’elles ne fréquentent pas ou peu. Ces jeunes filles qui rêvent alors de se promener dans les beaux quartiers parisiens, de porter des jupes et d’apprendre à se battre, de porter des tampons sans avoir à le cacher, ne connaissent de leur terre d’origine que la menace : elles risquent d’y retourner pour être dressées « L’Algérie était donc un pays de rééducation ? Pourquoi les pères disaient toujours, et parfois les mères, qu’ils allaient y envoyer le fils ou la fille qui leur donnait du mal ». Le roman évoque de nombreux tabous sociaux, toujours d’actualité, (les viols, les cambriolages, les caves sordides, les garçons arabes qui se prostituent dans les beaux quartiers) sans imposer une morale précise.

fatima-algeriennes-au-square-leila-sebbar

A qui le conseiller

Si vous souhaitez poser un regard sur la banlieue parisienne, que cette dernière est un sujet qui vous intéresse, vous devriez apprécier ce livre. Si vous aimeriez entendre la voix d’une féministe algérienne sur la banlieue, en voici une. Enfin, si vous appréciez les récits touchants, modernes, sans fioritures, vous serez sans doute charmé par Fatima ou les algériennes au square.

A qui le déconseiller

Si vous désirez lire un récit engagé sur le thème de la banlieue parisienne, dont les intentions sont clairement définies, vous serez déçu par ce livre qui laisse au lecteur le soin de tirer sa propre conclusion. Si vous souhaitez un témoignage sur la banlieue et la Courneuve de nos jours, ce roman n’est pas celui que vous recherchez puisqu’il traite essentiellement de la « première génération » d’immigrés et qu’il raconte la banlieue des années 1980. Si vous avez besoin d’une intrigue bien précise, d’un schéma narratif ordinaire pour apprécier un livre, le roman de Leïla Sebbar sera peut-être un peu trop novateur pour vous.

Pendant la lecture

Pendant votre lecture, vous goûterez un thé menthe-chocolat en dévorant des pistaches, des noix de pécan ou des dattes.

Informations sur le livre

Titre et auteur Fatima ou les algériennes au square, Leïla Sebbar
Thèmes abordés Banlieue parisienne, sociologie, Algérie, culture et traditions
Édition Elyzad poche
Format et pages 256 pages, petit format, à emporter dans le métro
Âge Apprécié à partir de 14 ans
Prix 9,90€
Avertissement Maltraitances, viols, racisme
Où l’acheter Chez Amazon ou chez votre libraire préféré.

Suggestions de lecture

Si ce récit parfumé de femmes algériennes sur le sol de la Courneuve vous intéresse, vous pourriez apprécier le roman indien La colère des aubergines.

lire-colere-aubergines

Si la banlieue parisienne vous déprime, découvrez plutôt le Maroc brûlant de Tahar Ben Jelloun avec La nuit de l’erreur.

lire-nuit-erreur-tahar-ben-jelloun

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrBlogger Post




4 échanges



Je dirais pourquoi pas… Ça pourrait m’intéresser…

Goran
1 mars 2017 - 16 h 53 min



Si tu te laisses tenter, je serais très curieuse de lire ta critique !

Libriosaure
1 mars 2017 - 20 h 43 min



Avertissement « Maltraitances, viols », ça me fait hésiter pour ces raisons. Par contre, je prendrais bien le thé menthe-chocolat 😀
Bisous

Nad
18 mars 2017 - 1 h 24 min



Oui, je comprends, c’est pour cela que j’avertis toujours sur ces points. Merci de ton passage 😉

Libriosaure
18 mars 2017 - 22 h 26 min



Votre parole est importante, merci de la partager avec nous




Ce site est hébergé par Jules Archinova EIRL et a été créé sous wordpress par le libriosaure. Le design a été conçu avec les polices d'écriture Library et Cocinitas de Wood Cutter ainsi que Social Circle de Christopher Jackson. Tous les articles présents sur ce site ont été écrits par le libriosaure et ne peuvent être utilisés, entièrement ou partiellement, sans autorisation de l'auteur.