Le libriosaure, votre conseiller lecture. Blog littéraire éclectique.

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson


dans-foret-siberie-sylvain-tesson

Dans les forêts de Sibérie est un carnet autobiographique de l’écrivain et insatiable voyageur Sylvain Tesson, publié en 2011. Le livre a été adapté (très librement) en 2016 au cinéma par Safy Nebbou. Dans ce livre, l’auteur raconte son séjour de six mois dans une cabane proche du lac Baïkal. Le village le plus proche se trouve à 120 kilomètres : l’ermite se livre alors dans un journal intime.

L’avis du Libriosaure

Poésies du paysage sibérien

Ouvrir Dans les forêts de Sibérie, c’est lever le rideau sur le théâtre de l’hiver dans la Russie glaciale. Dans un carnet tenu du mois de février au mois de juillet, vous observez les métamorphoses du paysage sibérien : d’abord blanchi, illuminé par l’hiver et ses cristaux de glace, le décor semble fondre au fil des pages dans une verdure nouvelle.

« L’hiver transforme toute chose en tableau hollandais : précis et vernissé. »

L’auteur vous emmène dans un monde de nature, d’animaux, de cabane réconfortante et vous révèle les tableaux en relief d’un univers inconnu, qu’il aime bien plus que la civilisation.

« L’amour monte en moi pour ces bois peuplés de cerfs, ce lac gorgé de poissons, ce ciel traversé d’oiseaux […] »

foret-siberie-sylvain-tesson-extrait

Voyage ou arrêt dans le temps

Le récit de Sylvain Tesson développe une temporalité toute particulière. Vous aurez la sensation de voyager dans le temps, puisque les saisons s’écoulent, les paysages se transforment, les mois défilent. Pourtant, dans cet univers loin des villes grouillantes, le temps semble s’être arrêté. Les journées, dans le silence des hommes et le chant des oiseaux, se répètent, inlassablement.

« Chaque jour s’écoule, miroir de la veille, esquisse du lendemain ».

Cela peut être une expérience lassante pour le lecteur, en particulier s’il n’a pas de goût pour la littérature classique : car dans ce nouveau monde où la productivité n’a plus sa place, le narrateur dévore des livres et cite des auteurs, réfléchit à ce qu’il a lu, s’interroge sur le monde… Il n’y a pas d’agir dans cette œuvre ; il convient de réfléchir, de contempler, d’oublier. C’est en cela que cette littérature inspire le lecteur.

« Le silence me revient, l’immense silence qui n’est pas l’absence de bruit mais la disparition de tout interlocuteur. »

foret-siberie-mars-sylvain-tesson

Rupture et orgueil de l’ermite

Enfin, Dans les forêts de Sibérie raconte l’expérience de l’ermitage. Le narrateur, fuyant le tumulte des hommes, dresse un portrait pathétique et néfaste d’une humanité qui consomme, s’agite, se divertit perpétuellement — dans le sens pascalien du terme.

« Avec eux, tout ce que je crains disparaît : le bruit, la fierté d’être ensemble, la soif de chasse – bref, la fièvre des meutes humaines. »

Pourtant, si l’ermite se veut être un roi sans divertissement, le voilà bien obsédé par son ancienne vie, ses camarades détestables que sont les hommes, et la vodka — dont il n’existe aucune source naturelle miraculeuse et qui est bien un pur produit de l’odieuse activité humaine.

« Un jour, l’homme pénètre dans le bois. Les dieux se retirent. »

Ainsi, le récit pose un regard certes intéressant sur la condition de l’ermite mais exhale un profond parfum d’orgueil, qu’il n’est pas toujours agréable d’humer au fil des pages. Bien sûr, certains propos amers et sarcastiques peuvent faire sourire le lecteur mais cela peut aussi l’agacer quelques fois.

« L’ermite absorbe l’univers, accorde une attention extrême à sa plus petite facette. »

foret-siberie-tesson

A qui le conseiller

Si vous aimez les récits de voyage, qui mêlent découverte et contemplation, vous devriez apprécier ce livre. Si vous avez un goût pour les œuvres qui incitent à réfléchir sur l’humanité et ses vices, vous saurez savourer cet aspect du carnet de Sylvain Tesson. Si vous avez besoin de vous rafraîchir, une petite plongée dans le Baïkal en février devrait vous faire du bien !

A qui le déconseiller

Si vous recherchez un récit d’aventures, attention : Sylvain Tesson raconte sa vie dans une cabane en Sibérie, il ne parcourt pas la Russie. Si vous n’aimez pas les œuvres un peu amères, il se peut que vous ne supportiez pas le style de notre auteur.

Pendant la lecture

Pendant votre lecture, vous apprécierez un thé noir, façon Earl Grey avec des petits gâteaux au pavot ou du pain d’épice (mais russe !).

Informations sur le livre

Titre et auteur Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson
Thèmes abordés Voyage, Russie, Littérature
Édition Folio
Format et pages 304 pages, petit format, à lire dans le bus
Âge Apprécié à partir de 14 ans
Prix 7,80€
Avertissement R.A.S
Où l’acheter Chez Amazon ou chez votre libraire préféré.

Suggestions de lecture

Du même auteur, découvrez L’axe du loup, coup de cœur du Libriosaure.

lire-axe-loup-sylvain-tesson

Si vous souhaitez continuer votre périple en Sibérie, découvrez A marche forcée de Slawomir Rawicz.

lire-marche-forcee-slawomir-rawicz

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrBlogger Post


Nos échanges
Livre rangé le 12 septembre 2018 dans les bibliothèques : Autobiographie, De 5 à 10 euros, Dès 14 ans, Folio, Introspection, Petits formats, Poésie, Russie, Témoignages, Voyage


Votre parole est importante, merci de la partager avec nous




Ce site est hébergé par Archphénix et a été créé sous wordpress par le libriosaure. Le design a été conçu avec les polices d'écriture Library et Cocinitas de Wood Cutter ainsi que Social Circle de Christopher Jackson. Tous les articles présents sur ce site ont été écrits par le libriosaure et ne peuvent être utilisés, entièrement ou partiellement, sans autorisation de l'auteur.